Infertilité

Trouver sa place et un nom

Les humains sont avant tout des animaux sociaux. Le sentiment d’appartenance est un besoin pour beaucoup d’entre nous. Il trouve par exemple son illustration dans certains rituels d'intégration : nous préférons parfois y participer en mettant de côté notre intelligence et notre indépendance d’esprit plutôt que d’être exclus. La perspective de ne pas faire partie de la communauté des parents m'a parfois fait tout autant souffrir que celle de ne pas avoir d'enfants.

La World Childless Week, qui s’achève aujourd’hui, offre une occasion de rassembler celles et ceux à qui le sentiment d’appartenance fait souvent défaut. Pamela Mahoney Tsigdinos revient sur ce nom qui nous unit : « childless », sans enfant. Tout en reconnaissant l’importance d’avoir à sa disposition un mot permettant de décrire notre réalité et de faire communauté, elle dit détester ce terme et me demande s’il en existe un en français qui soit plus satisfaisant. Un mot qui ne nous décrirait pas uniquement par ce que nous n’avons pas et qui ne soit pas si négativement connoté. Un mot qui ne nie pas l’existence d’enfants dans notre vie, alors qu’il y en a, même si ce ne sont pas les nôtres. En médecine, une femme qui n'a jamais accouché est appelée nullipare : peut-on imaginer un terme plus froid et humiliant ?

Je cherche un mot plus satisfaisant, qui montrerait que nous sommes partie intégrante de la société, que nous avons notre rôle à y jouer et que les enfants ne sont pas forcément absents de notre vie. Certes, notre perte existe, mais nous sommes beaucoup plus que juste cette dernière. Malheureusement, comme je le mentionnais dès mon premier article, cette question me laisse sans réponse.

Deux formulations alternatives me plaisent aujourd’hui. En allemand d’abord : « OK Frau », inventée par la Suisse Regula qui a monté l’initiative kinderfreilos.ch. OK pour « ohne Kind », sans enfant, mais aussi « okay ». En anglais ensuite : la blogueuse Mali utilise l’expression « no kidding woman ». L’absence d'enfant (no kid) est claire, mais sans véhiculer l'idée que ce serait un manque ; de plus, la formulation fait sourire car « I’m not kidding » signifie aussi « Je ne plaisante pas ».

Je suis sortie hier soir avec des amies, toutes sans enfant par circonstance de la vie. Des femmes pleines d’énergie et de joie, des femmes fertiles parce qu’elles participent activement à la vie de la société, à l'avenir de ses enfants et au bonheur des personnes qui les entourent. Cela m’a rappelé la campagne #IamME de la World Childless Week : de nombreuses personnes ont posté une image d’elles-mêmes en se décrivant de façon positive. Inspirée par cette initiative et un article de Mali, j’ai décidé de faire la liste de ce qui me définit et me permet de faire corps avec le monde qui m'entoure.

Je suis :
Une femme
Une fille
Une sœur
Une épouse
Une amie
Une collègue
Une voisine
Une citoyenne franco-allemande
Une amoureuse de musique classique
Une chanteuse
Une pianiste
Une travailleuse
Une ingénieure
Une cycliste du quotidien
Une donatrice à diverses associations et fondations
Une auditrice de radio
Une cuisinière
Une blogueuse
Une survivante à l'infertilité
Une marcheuse et randonneuse
Une amoureuse de nature et de montagne
Une voyageuse

Lea

Author image

Léa

Ce que j'aime : la musique et le chant, les livres, les langues et les voyages, la montagne et plus généralement la nature, sans oublier les après-midis passés à cuisiner en écoutant la radio.

Pour laisser un commentaire, vous pouvez créer un compte Disqus ou bien commenter en tant qu'invité. Pour cela, écrivez votre commentaire, entrez votre nom ou pseudonyme sous la mention "Inscrivez-vous sur Disqus", votre adresse mail, puis cochez les cases "Je préfère publier en tant qu'invité" ainsi que les deux premières cases sur les conditions d'utilisation et la politique de confidentialité de Disqus.